Aude LG - Auteur, Illustratrice, Formatrice, Conférencière LTZ

Découvrir ses souffrances

Rédigé le Mercredi 3 Janvier 2018 à 14:34 | Lu 29 fois | 0 commentaire(s)


Il y a des douleurs silencieuses qui naviguent en toi depuis des années et que tu ne vois pas.

J'expérimente cette énergie là en ce moment et je dois dire que c'est extrêmement déroutant. Il y a des sujets que je pensais avoir clôturé même si je sais que mes douleurs sont encore vives mais je ne pensais pas avoir camouflé un tel feu de souffrance. Je me rends compte à quel point cette énergie est dévastatrice pour mon corps physique depuis de nombreuses années.

Bien entendu que je savais que j'avais mal et que mes blessures étaient bien présentes. Mais je n'avais pas mesuré à quel point tout cela était contenu. J'ai vécu beaucoup d'explorations conscientes et inconscientes, jamais je n'avais été voir dans mes enfers personnels. J'utilise ce mot qui est très fort, pour réellement mettre l'accent sur le fait que nous explorons nos ombres mais nous n'allons pas dans ce qui se cache encore en dessous. Cette partie qui est au-delà de l'ombre, au-delà de l'occultation. C'est en quelque sorte notre Enfer personnel. J'ai souvent eu des images dévastatrices et j'avoue ne pas avoir été plus loin, aujourd'hui la vie m'a offert un cadeau qui a fait explosé tous les verrous et j'ai remonté à la surface non pas ce que j'occultais mais ce que je vivais en silence sans rien dire, sans rien montrer, sans rien dévoiler. Une douleur si puissante qu'elle a anéanti des fibres de mon être. 

Comment ne pas m'en rendre compte ?
Parce que pour souffrir parfois il faut y être autorisé. 
​Foncer encore et encore, ne jamais s'arrêter, savoir que quelque chose en soi ne va plus, chercher de tous les côtés, enlever petit à petit tout ce qui me bouscule, creuser encore et encore jusqu'à déterrer des tas de choses encombrantes continuer encore et encore parce que je savais qu'il y avait autre chose de plus profond. Comme si ma mémoire avait voulu effacer quelque chose et que je recherchais quoi sans réellement le savoir. Jusqu'au jour où la vie m'a offert le plus précieux des cadeaux que j'ai voulu rejeté, que j'ai voulu fuir tout en allant encore plus vers lui. Comme une attirance qui me disait, c'est par ici ma grande, cherche là, continue, explore et ne lâche pas, même si tout le monde te dit "Arrête", "Ca n'est pas bon pour toi", Toi tu sais au fond de toi que c'est là, tu vas au bout de ton obsession, tu vas au bout de ce qui te hante. Tu veux être en face à face avec cette vibration qui t'appelle et qui te parle. Ca en devient obsédant, douloureux et bouleversant. 

Tu t'arrêtes un peu pour essayer de comprendre ce que tu vis et là une porte "La porte" s'ouvre et tu découvres l'étendu des dégâts, j'ai découvert mon enfer personnel.

J'ai constaté les dégâts, j'ai manqué de m'étouffer tellement c'était douloureux, tellement c'était horrible à ressentir, à vivre. Ma douleur était horriblement intense, elle l'est un peu moins mais ça me revient régulièrement. J'ai enfin le droit de lâcher ce que je ressens et de l'exprimer. Je ne peux pas encore souffler complètement, j'ai encore des freins, découvrir cet endroit me fait prendre conscience que j'ai un nouveau chantier de nettoyage à mettre en place et que je dois accepter d'aimer et d'être aimée.
Je dois juste m'autoriser à vivre à nouveau des joies, des bonheurs... 

​Le cadeau mis sur mon chemin me fait un bien fou, mais en même temps il me réveille des douleurs infernales que je n'arrive plus à étouffer ou à calmer tellement j'ai mal, tellement je n'ai pas exprimer tout ce que je ressentais avant. 
Aujourd'hui, je sais que tout doit sortir, je n'ai pas le choix, je dois affronter non plus mes peurs mais mes souffrances pour guérir et pour avancer vers une nouvelle étape de vie. ​

​Vivre quelque chose de simple ne m'est plus accessible aujourd'hui, parce que je me demande si j'ai le droit de le vivre. C'est tout de même incroyable "Ai-je le droit d'être heureuse ?", c'est ça l'enjeu de ce que j'ai à soigner aujourd'hui et à affronter. Vivre pleinement mes souffrances, les reconnaître et les accepter sans condition. Faire la paix avec moi même et surtout ne plus avoir d'enfer personnel pour reprendre le cours de ma vie créatrice. 

​Je parlais dans un de mes textes qu'il y avait des personnes qui mettaient du temps à se réaliser par rapport à d'autres.
Nous devons nettoyer nos blessures les plus douloureuses, les plus inavouables, les plus destructrices (Retrouvez le texte ICI)
​Il y a des personnes qui ont souffert plus que d'autres et ça joue dans l'installation de nos projets de vie et dans notre construction personnelle. Comment éviter que nos souffrances prennent le pas sur notre présent et sur notre futur ? Tout cela est bien complexe. En tout cas aujourd'hui je découvre une nouvelle étape de ma guérison et je vais m'y aventurer pleinement même si ça me bouleverse. 

​Je vais me laisser libre de vivre mes bonheurs et mes malheurs. 
 




Nouveau commentaire :